Rectifier les erreurs journalistes devient une habitude

Publié le par Mel

Je fais une fixation et je l’assume. La débilité journalistique me sidère.

Une amie de C. est venue passer une semaine en Afghanistan, touchée par ces familles ayant pour seul toit les grottes des bouddhas géants de Bâmyân et cela même pendant le rude hiver afghan.

Oui c’est aussi le 21ème siècle en Afghanistan…

Pendant cette semaine, cette femme formidable a distribué des vivres à ces familles et aider ainsi la seule femme gouverneur d’Afghanistan.

Astrid n’a pas gravé son nom dans les pierres de Bâmyân pour « prouver » ce qu’elle a fait ni frappé à son effigie les savons qu’elle distribuait. Discrétion, humilité, et équité étaient les maîtres mots de cet « humanitaire » improvisé.

Un soi disant reportage sur l’Afghanistan peut suffire à tout gâcher (paru dans l'Orient, le jour). Cet article n’est que pur mensonge, sans information préalable, sans enquête, sans cœur.

Pourquoi toujours chercher à descendre ce qui est fait ici ? Y a-t-il des prix distribués pour « taux record de négativité infligé à un pays » ?

Un article même pas signé. Une honte pour les media. L’Afghanistan aime la ou quitte la.

Commenter cet article

Mel 05/10/2010 10:57



J'avoue que l'article n'est resté que très peu de temps en ligne (et tant mieux) et je n'ai pas eu le temps de le publier. Mais le ton y était dédaigneux alors que ce journaliste en question ne
s'est jamais rendu sur le lieu des distributions et n'a jamais interrogé les personnes en question. C'est un peu limite pour faire un article...



margareth 05/10/2010 10:45



Difficile de juger sans avoir lu l'article et sans avoir la moindre idée du sujet qu'il aborde...



Clairette 17/10/2006 09:57

Coucou la miss, de quel article parles-tu ??Tu pourrais mettre un lien sur ton blog !Bon, je vais chercher sur gmail.Bises et bonnes vacancesClaire