Un matin de décembre...

Publié le par Mel


Un jour, tu te lèves. Il a neigé toute la nuit. Les nuages de la veille ont laissé place à un ciel bleu azur. Les montagnes avoisinantes portant à flanc de montagnes les maisons en pisée sont devenues blanches. Les marchands ambulants vendent des pelles et l’activité principale est devenue le déneigement du toit plat et surtout pas façonné pour supporter ce poids saisonnier. Les enfants ont rangé leurs cerfs-volants et jouent, pieds nus et à peine plus habillés qu’en été au palaghman, une sorte fronde à boules de neige. Un moyen de se réchauffer. Le soleil brille et l’air sent la neige. 


Une journée idyllique commence quand en sortant de la maison, on se retrouve nez à nez avec un mouton....


Pas le genre à te donner de la laine pour passer ce froid hivernal. Non celui sans tête, que notre boucher « à domicile » vient d’attacher par les pieds sur le fil à côté même de notre linge tout propre qui sentait (vous noterez le temps passé) bon la lessive.


Des couteaux autour de la ceinture, notre boucher est loin du tablier blanc javelisé avec une tâche de sang pour faire comme si. Alors qu’Indiana Jones entreprend de dépecer la bête à l’aide du quatrième couteau, que Sharifa se presse pour décrocher le linge, que C. annonce « tête et pieds du  mouton » au repas du soir, l’écoeurement a raison de nous et c’est une fois de plus au coin du feu de l’Atmosphère que nous nous réfugierons sous le regard amusé de nos amis Afghans.

Commenter cet article