Accidents et frustration

Publié le par Mel

Aujourd’hui la neige est de retour et avec elle l’absence de trafic aérien, les embouteillages et les accidents de voiture. A mon compte aujourd’hui, pas moins de deux. Passage en revue.

 

Le premier se passe dans une descente sur la route de Paghman. Sur la droite, le vide, devant, un flying coach (l’Espace à l’afghane…) qui n’avait pas jugé bon d’utiliser des chaînes malgré les 10 cm de neige tombées sur une couche de verglas. Quand soudain, le dit flying coach décide de s’arrêter, il y parvient 10m plus loin. Pas nous. Nous paierons et partirons phare et bout de carrosserie en moins…

 

Le deuxième aura lieu sur la route du retour. Après un tête-à-queue impressionnant provoqué par un de ces dos-d’âne (une spécialité en Afghanistan) verglacé, nous esquivons miraculeusement les voitures venant dans les deux sens, pour nous retrouver sur l’entrée d’un parking. Prêt à repartir, j’avertis Nazim d’attendre. Qu’une voiture arrive. Qu’elle va vite. Trop vite. Et qu’elle fonce droit sur nous... Ne parvenant à s’arrêter que dans notre roue, le taxi finira par détruire le reste de notre aile gauche.

 

Ayant payé pour le premier, nous refusons catégoriquement de débourser quoique ce soit pour ce chauffard inconscient. Le problème est pourtant là. Malgré le fait que je me fasse toute petite, que je réajuste sagement mon tchador et que ne sorte même pas de la voiture pour insulter ce danger sur roues, une « étrangère richissime » dans la voiture nous rend indubitablement fautif. Je ne sais pas si c’est la frustration de ne jamais pouvoir rien dire ou le mal de dos que je me paie depuis ces accidents, mais parfois les Afghans…

 

Commenter cet article