A la une de Voici Afghanistan cette semaine

Publié le par Mel

Mamans, papas, professionnels protection de l'enfance s’abstenir...

 

On a tous entendu parler de l’enfant « oublié » dans la voiture, mort déshydraté, qui avait fait scandale en France ?

 

Et bien en Afghanistan, on a les mêmes ! Les mots et expressions « siège auto », « ceinture de sécurité », « Sécurité routière », « Nombre de passagers limités » sont à bannir…

 

L’histoire se déroule le week-end dernier. Une famille afghane (au sens élargie du terme) se déplace en province pour un mariage en Corolla. La Corolla est LA voiture par excellence en Afghanistan en majorité « jaune PTT ». 2 formes existent : le « wagon », notre break ou avec coffre. La dite famille de l’histoire a une Corolla coffre et pas assez de place pour mettre toute la famille. Pas de problème en Afghanistan, que des solutions, on met les enfants dans le coffre.

 

Je passe les détails, 40° en moyenne, heures de route, pause eau… Les enfants arrivent en piteux état et un n’a pas survécu.

 

Je ne veux pas me faire le Voici de l’Afghanistan, ce genre d’histoire arrive bien trop souvent mais en allant faire des courses hier, dans la voiture à côté de la mienne, un enfant (2 ans environ) dormait sur le siège avant passager (Il devait d’ailleurs être là bien avant que la voiture ne s’arrête…)

 

Je croise le père et son autre enfant qui entraient dans le supermarché laissant tranquillement le petit dormir. Mais attention, il avait pris des mesures de sécurité, la voiture était à l’ombre et les vitres grandes ouvertes…

 

J’arrête là, après on dit que je ne m’ « adapte » pas au pays, oui j’ai encore tendance à dire « Descend du toit pour jouer »  ou «  Arrête de manger la boite d’allumettes avec les allumettes dedans » aux rares enfants que je croise. 

Commenter cet article

marie 29/06/2010 07:49



rha oui, tu m'etonnes... 


bon en fait, ca remets un peu en question mon commentaire ... : y-a-t-il reellement, chez les femmes, une difference ? Ou est-ce que ce n'est pas que de la facade ? Parce qu'il est interdit de
pleurer, de souffrir ? Mais au fond, est-ce que la souffrance n'est pas la meme, et aussi longue ?


....



Mel 29/06/2010 07:43



La grosse différence que j'ai ressenti ici, c'est que nous on a le droit de pleurer la mort d'un enfant. Ici, on leur dit "Moi aussi j'en ai perdu des enfants" ou " Tu en perdras d'autres" et la
vie continue... Tu n'as pas le droit, pas le temps de pleurer. Mais le traumatisme est là. 


 


Souvent quand je demande à une femme combien elle a d'enfants, elle me répond par exemple. "7, 5 vivants, 2 morts". Après ça, t'as un peu de mal à continuer la conversation... 



marie 29/06/2010 07:28



rhooo en me relisant j'ai l'impression de ne pas etre encore claire :)


je veux dire qu'avec cette mortalite enorme et inevitable, l'etre humain doit se proteger, et donc "desinvestir" l'enfant avant la fin de la periode sensible, ou en tout cas "ne pas l'investir"


Je ne l'invente pas, j'ai lu bp de choses sur la mortalite infantile dans le monde...


Ca n'empeche d'etre profondement choque, ou malheureux, quand ca arrive. Mais je pense que les parents "non-occidentaux" font leur deuil + efficacement et + rapidement que nous.


Je m'enfonce pas trop, la ?



marie 29/06/2010 07:25



... j'ai ete un peu rapide dans mon commentaire mais je ne voulais pas dire que ca leur etait egal evidemment !


Mais j'ai repense a ton histoire de jeu sur les toits, de Kalachnikov... Nous n'avons clairement pas la meme vision du monde autour des enfants... 


et surement que dans notre societe, nous ne sommes plus a l'etape "survie" des enfants, auj, un bebe ou un enfant qui meurt c'est le drame de toute une vie, c'est devenu "inadmissible", alors que
dans le reste du monde, c'est "normal". 


1 enfant/5 qui meurt avant 5 ans, voire 1/2 en Afrique, des enfants a qui on ne donne pas de prenom avant leurs 2 ans... fondamentalement, la vision de l'enfant n'a rien a voir avec la notre...



Mel 29/06/2010 07:13



"T'as ramené la kalachnikov de papa, mais t'as oublié les balles" .... 


En même temps, ce sont les afghans qui m'ont raconté l'histoire du coffre et ils avaient l'air sincèrement choqué... En même temps, on travaille pour la protection de l'enfance, donc si on est
pas choqué ici, on ne le sera jamais!