Diplomatie à la maternelle

Publié le par Mel

 

L’histoire ne fait pas la une de la presse internationale et pourtant ici on ne parle que de ça. Retour sur un dérapage diplomatique en toute subjectivité !

 

L’histoire commence quand la Communauté internationale revient sur les promesses faites par Karzai lors de son élection de lutter contre la corruption. Ce n’est pas méchant, juste un rappel à l’ordre. Mais voilà, pas facile de lutter contre la corruption pour Karzai, cela revient à lutter contre ses potes voire contre lui-même. Que faire ?

 

Mr Karzai décide donc de mal le prendre et d’accuser la dite « Communauté internationale » d’être responsable des fraudes lors des élections présidentielles en août dernier.

 

Les américains ripostent  par le biais du " numéro 2 " américain lors des élections : " Franchement, on se pose des questions sur son état mental ou sur son rapport à la réalité".

 

Le ton monte mais redescend aussitôt. On est allés trop loin, les américains restent en Afghanistan, l’Afghanistan ne perd pas les fonds de développement (de la corruption ?). Tout va pour le mieux, lorsque ressort de nulle part, le fameux Abdullah Abdullah qui avait complètement disparu depuis son abandon en pleurs à la veille du deuxième tour. " Mais dis donc, dirait-il en substance, le Karzai il avoue enfin qu’il y a eu des fraudes donc il n’est pas légitime ! "

 

Dans ce petit affrontement américano-afghan, le retour en scène d’Abdullah Abdullah n’était pas prévu ! La suite (ou pas, c’est la où la fameuse corruption du début de l’histoire intervient) au prochain épisode… 

 

Commenter cet article