Se marier et s'endetter

Publié le par Mel

Je suis invitée demain au mariage d’un de mes gardes. Le mariage aura lieu dans un de ces « wedding halls » qui se sont construits partout dans Kaboul après la chute des talibans.

 

Ce sont des endroits monstrueux, sur plusieurs étages, avec des illuminations dignes de Noel toute l’année. Plus c’est kitch, plus ils aiment et plus c’est cher ! Les prix les plus bas sont à 10$ par invité et en Afghanistan, il ne faut oublier personne, même le cousin du cousin est invité.

 

Les dépenses pour un mariage ne se limitent pas à cette location. Il y a dans l’ordre, les cadeaux à la famille de la mariée, les fiançailles, encore des cadeaux, les invitations, les tenues, les bijoux, et après le mariage, la fête organisée pour recevoir les cadeaux…Bref le coût est exorbitant et tout ça sur le dos du marié et de sa famille.

 

Sachant qu’un salaire est bien souvent inférieur à 300$ et encore je vise haut, qu’un salaire prend souvent en charge une famille de 10 personnes voire plus, comment peut-on se payer le luxe d’un tel mariage ?

 

C’est facile, on s’endette, le marié s’endette, le père s’endette et cela sur plusieurs générations.

 

Forcément, le remboursement s’avère impossible et le jeune couple marié et leurs enfants vivront dans la plus grande misère le reste de leur vie. Trop souvent, on en arrive à des situations extrêmes de règlement de comptes, on s’entretue ou on promet sa fille de 2 ans à son créancier.

 

Et pourquoi ? Pour faire comme tout le monde, car la pression sociale est tellement forte que si tu ne te prêtes pas à cette règle du mariage « hors de tes moyens », ta famille restera pendant des générations comme celle qui n’avait pas assez de mouton bien gras à son mariage ou qui a oublié la cousine que personne n’a jamais vue.

 

Bon, je ne suis pas objective, je déteste l’idée du mariage et toutes les dépenses et préparatifs qui vont avec, même en France. Mais cette situation me désespère, jusqu’où peut-on aller par peur du « qu’en dira-t-on ? ». Ici, il n’y a pas de limite… 

Commenter cet article

Mel 13/05/2010 13:12



Berk, le mouton... Je m'indigne, je m'insurge mais au final, je crois que c'est le mouton qui fait que je ne vais pas au mariage... En tant qu'invité "de marque", on a toujours le droit aux
meilleurs morceaux, les plus gros et les plus gras...



marie 13/05/2010 11:59



Ahah !! On croirait moi qui parle ! Moi aussi ce truc des mariages que tu prepares 2 ans a l'avance et pour lequel tu depenses une fortune, en essayant d'etre le + faux-c... possible pour ne pas
facher la famille, ca me desespere...


Alors quand. en +, faut supporter du super kitsch et des decos de Noel ... :)


(et manger du gras du mouton, beuuuuuh....)