Retrait temporaire du voile

Publié le par Mel

Partir pour quelques jours. Quitter mes afghans. Ceux qui ne contrôlent pas mes bagages parce que je dis sûrement parfaitement « Salam Alekoum, Tchotor asté ? ». Resquiller les américains déballant leurs chaussettes de leur valise sous le regard amusé de Rhaman. « Tu as de la chance d'être française » Je pense surtout avoir de la chance de ne pas imposer ma langue dans un pays qui n’est pas le mien.

Je quitte ceux qui réparent mon loupage d’avion Kaboul-Dubai, récupèrent mon billet pour remboursement, m’en procurent un nouveau sur le seul et prochain vol,  chouchoutée par le personnel administratif de l’aéroport et tout ça en moins d’une demie heure. Efficacité. Rapidité.

Encore quelques « tu parles super bien dari » et je quitte aussi les montagnes afghanes et le capharnaüm amusant que forme Kaboul sous un coucher de soleil féerique.

Fin du désordre.

Dubai et ses routes parfaitement asphaltées me fait peur. Tout est superficiellement censé être beau. C’est donc ça les critères occidentaux  de la beauté ?

Mon voile est tombée sous une rafale de vent en sortant de l’avion. Comme un signe. Je ne l’ai pas remis. Je me sens nue. Kaboul me manque.

Mais Alitalia, que j’avais appris à détester lors de mes déboires aller, me réconcilie avec le monde occidental. Un vrai café et un match de foot ça ne se refuse pas !?

Commenter cet article

machupichu 16/10/2006 23:09

WELCOME BACK MISS,
c'est cool, j'ai eu bcp de plaisir à te lire, régulièrement , sans jamais "poster" comme dirait l'autre que tu connais bien ! (,-)
Tu as du talent, je comprenais souvent ta colère en te lisant, et tu écris vraiment bien.
Je comprends que tu te fais un petit retour , Profite !!! 
bon courage pour ta soutenance qui doit approcher,
et apl moi si tu as un moment, ça me ferait très plaisir,
la marseillaise masquée